Confidences – Ma vie auprès d’André Moreau

Journal 1995, mars

J’aime André, je l’adore. Il me suffit amplement ! Je ne souhaite nullement me retrouver dans les bras d’un autre homme, même s’il me répète qu’auprès de lui je suis une femme libre et que je peux me faire des amants si tel est mon désir. Cohérent avec sa pensée concernant le partnership amoureux ouvert, il me dit qu’en dépit de son amour profond pour moi (ce que je ressens très bien), je ne suis pas sa propriété.

Jusqu’à maintenant je me suis refusé ce privilège. Je n’en ressentais ni le besoin ni le désir. Mais récemment… Marc (mon beau Marc !) m’est revenu en tête.  J’ai parlé de lui à André qui, sur-le-champ, m’a incitée à l’inviter chez moi.

J’avais rencontré Marc quelques années plus tôt, alors que je me rendais à pied au travail. Il marchait sur le trottoir devant moi, accompagné de deux filles qu’il regardait alternativement en leur parlant. En le voyant, j’ai eu le coup de foudre ! Comme par hasard, je le revis en après-midi lorsque je tombai face-à-face sur lui. Je le reconnus sans peine et me mis à trembler de tous mes membres. Une relation intime s’établit bientôt entre nous, jusqu’à ce qu’il me confie sa crainte de s’attacher. Notre liaison qui durait depuis six mois prit fin brutalement.

Agréablement surpris quoique étonné de mon appel, notamment quand je lui parlai de la présence d’André auprès de moi et de la façon dont je souhaitais désormais vivre ma vie amoureuse, il accepta volontiers mon invitation à venir me voir le lendemain.

Pour la première fois depuis mon arrivée auprès d’André, j’allais me permettre une petite aventure ! Je la souhaitais en fait pour deux raisons.  La première était que l’idée de revoir Marc me plaisait drôlement, et aussi que (j’ai un peu honte de le dire !) je voulais vérifier si André était aussi ouvert d’esprit qu’il le disait. Comment réagirait-il à l’idée de me savoir dans les bras d’un autre homme? Et que penserait-il d’apprendre que j’avais voulu le mettre à l’épreuve ? Serait-il un peu jaloux, contrarié, réactif ?

Lorsqu’il me téléphona après souper comme à son habitude, je l’informai de la visite de Marc en soirée. Il se dit aussitôt très heureux pour moi et m’informa qu’au lieu de me rappeler vers 23h comme il le faisait normalement pour me souhaiter une bonne nuit, il ne le ferait que beaucoup plus tard afin de ne pas nous déranger. Après la baise torride que nous connaissions chaque fois, Marc n’avait jamais dormi chez moi, aussi me disais-je qu’il en serait sans doute encore de même cette fois-ci. C’est donc avec reconnaissance que je constatai le soutien réel d’André. Quant à la possibilité de revoir Marc sous peu sans me sentir coupable, eh bien, je trouvai la conjoncture absolument extraordinaire!

Marc arriva dans toute sa splendeur. Après un petit goûter au salon, nos ébats érotiques furent tellement explosifs tout en étant teintés de tendresse qu’à mon grand étonnement il me déclara éprouver le désir de passer la nuit à mes côtés. Stupéfaite, je fus au comble du bonheur !

André me rappela vers une heure du matin. Un peu mal à l’aise, je dus lui parler devant Marc, mon unique téléphone étant placé sur un bureau dans ma chambre. Celui-ci me confirma qu’il n’y voyait aucun problème, il comprenait parfaitement la situation. Sa réaction me ravit autant qu’elle me surprit !

J’expliquai à André que j’étais encore en compagnie de Marc, sur quoi il m’embrassa en me souhaitant de passer une bonne nuit à ses côtés. Voilà : il était cohérent avec son enseignement ! La liberté en amour était possible ! Je me sentis soudain extrêmement privilégiée de pouvoir bénéficier de la présence d’André dans ma vie, cet homme si exceptionnel, tout en profitant de la compagnie de Marc sans me sentir coupable ou fautive. Je remerciai André pour son amour indéfectible et lui dis combien je l’aimais moi aussi.

Une fois l’appel terminé, je me tournai vers Marc, m’attendant à le voir souriant et détendu. Au contraire, il était assis sur le bord du lit, rigide et pâle. Il venait de recevoir un choc, car il s’attendait à ce que je mente à André. Ne comprenant plus rien à rien, il se levait pour partir. Il m’avait entendu lui dire que je n’étais pas seule et lui murmurer que je l’aimais. Un court-circuit venait de se produire dans son cerveau ! Comment pouvais-je coucher avec lui et l’avouer aussi simplement à un autre ? Lui mentir l’aurait consolé, aurait été dans la norme, aurait consolidé mon attrait pour lui au détriment d’une tierce personne. Je tentai de le calmer et de le rassurer sur mes sentiments à son égard. Non, il n’était pas le dindon de la farce comme il le pensait, sa présence à mes côtés était réellement un beau cadeau pour moi. Il s’apaisa mais, au bout de dix minutes, me fit savoir sans ménagement qu’il souhaitait partir.

   Je me recouchai, tout de même heureuse de ma soirée, et plus encore de l’attitude d’André face à une telle situation. Je savais maintenant que je pouvais rester sa compagne tout en conservant ma liberté. Mais ce que je compris surtout, c’est que dans les bras d’un autre qui ne m’était certes pas indifférent, André demeurait mon grand amour. Non seulement mes sentiments pour Marc ne nuisaient en rien à ceux que j’éprouvais pour André, mais le soutien et la compréhension que celui-ci me démontrait me le rendait encore plus attachant. Jamais je ne serais une femme trahie, et en dépit de ma liberté jamais je ne le trahirais.

Je venais de réaliser combien il est bon de pouvoir dire la vérité en amour, rassurant de se sentir appuyé par son compagnon, merveilleux de pouvoir être libre… jusque-là! À partir de ce jour, chaque fois qu’André était dans les bras d’une autre femme, je savais qu’en son cœur il continuait de me chérir. La confiance venait de remplacer la jalousie.

================================================

P.S. On pourrait peut-être penser que la vérité va ruiner nos chances de succès en amour et qu’il ne se trouvera personne capable de supporter une telle ouverture. Mais c’est plutôt le contraire qui s’est passé ! En refusant de mentir à mes partenaires, j’ai fait une sélection qui m’a permis de garder auprès de moi ceux qui avaient la force et la souplesse de vivre ainsi au lieu de supporter d’encombrants personnages.

©2021 Jackie Lacoursière | Création du site ChampionWeb.ca

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?