CONFIDENCES – MA VIE AUPRÈS D’ANDRÉ MOREAU

L’expérience m’a enchantée ! André et moi avions été invités à participer à l’émission de Claire Lamarche à titre d’experts dans le domaine amoureux. Nous exposions nos idées sur le partnership amoureux ouvert en compagnie de quatre autres personnes qui racontaient leurs expériences d’ouverture en amour devant un public animé.

Étais-je nerveuse ? Et comment ! Mais si heureuse de pouvoir partager mon expérience en ondes avec des personnes susceptibles d’apporter un son de cloche permettant de préciser mes propos ! J’étais surtout ravie de m’afficher auprès d’André et de confirmer ses vues qui aux yeux de certains pouvaient paraître inacceptables, absurdes ou même blasphématoires.

Tout allait bien, les personnes qui faisaient partie du panel avaient toutes tenté de vivre l’aventure de vivre en trio. Une des intervenantes, une femme d’affaires si je me souviens bien, semblait passablement irritée par notre témoignage, car nous avions réussi là où elle avait échoué. Elle demanda à André quelle pouvait bien être sa recette pour pouvoir vivre ainsi de façon harmonieuse.

André lui répondit qu’elle n’aimerait sans doute pas sa réponse. Elle insista vivement. Il savait qu’elle allait réagir, car ce qu’il avait à dire pouvait sembler une provocation. Mais comme elle tenait absolument à obtenir de sa part une opinion qui pourrait l’éclairer, il se laissa fléchir et déclara : ‘’ Pour pouvoir réussir à vivre ainsi, il faut être très intelligent ’’. Elle sursauta comme s’il l’avait piqué à vif. La salle réagit bruyamment par des cris et des huées. Des dames du troisième âge qui assistaient à l’émission dans la salle furent outrées par son manque de politesse et par ce qu’elles considéraient comme une prétention sans bornes. Il perdit d’un seul coup toute la crédibilité qu’elles lui avaient accordée au départ.

Mais c’était là pour lui un moindre souci. Son habitude des réactions du public en salle, son immunité à l’égard des insultes et des quolibets, sa prestance dans le tumulte lui permettaient de poursuivre la discussion sans tenir compte du discrédit dont on l’accablait. L’animatrice paraissait dépassée par la tournure de l’émission.

Mais… c’est qu’il avait raison ! Je ne pouvais que souscrire au rôle que joue l’intelligence dans une relation amoureuse, car c’est elle qui permet d’intégrer les émotions et de relancer l’action au moment où l’intérêt commence à tomber.

Vivre à deux dans la transparence est déjà un défi, presque une impossibilité pour toute personne d’intelligence ‘’normale’’; alors imaginez maintenant vivre à plusieurs dans la vérité totale et une liberté sexuelle consentie par chacun ! Oui, cela exige beaucoup d’intelligence, de souplesse et de doigté. Il m’aura fallu faire appel à toutes mes ressources pour y arriver, car pouvoir assumer le mouvement des émotions, les contrariétés du désir, l’initiative que cela demande de composer avec les événements est quelque chose à quoi la majorité des gens ne sont pas habitués. Ils considèrent l’amour comme une relation en vase clos à double sens dans un contexte fermé. Or, pour pouvoir vivre un partnership amoureux, il faut dépasser la notion traditionnelle de couple et s’engager dans une structure de vie polyvalente où l’imagination joue un rôle prépondérant.

Si nous ne possédons pas au départ une grande confiance en soi, une compréhension et un amour véritable pour un compagnon déjà existant, une certaine ouverture d’esprit et une capacité de s’amuser avec les contrariétés qui surgissent, aussi bien déclarer forfait avant même d’essayer de vivre ainsi. Reconnaissons que tout cela requiert de l’intelligence. Et réalisez-vous pourquoi le petit couple fermé qui a déjà de la difficulté à s’entendre à deux est inapte à s’ouvrir sans une bonne dose de conscience lui permettant d’assumer une expérience qui va en se complexifiant.

Apprendre à gérer nos émotions perturbées et celles de nos proches quand se présente une nouvelle personne au sein du couple n’est pas une mince affaire : tous les démons sortent en même temps du placard sous forme d’insécurité, de réactivité, de jalousie, de suspicion, de possessivité, car ils sont tous provoqués par un manque de confiance et une crainte d’aller plus loin ensemble dans un tel contexte. Curieusement, j’ai pu remarquer jusqu’à maintenant que ceux qui dénigrent une telle ouverture d’esprit dans ces conditions sont précisément ceux-là mêmes qui en sont incapables. D’autres allègueront qu’ils ne ressentent pas le besoin de vivre ainsi, jusqu’à ce qu’un tiers se présente et les obligent à reconsidérer leur plan de vie, contrairement à tous ceux qui étaient en studio et que le sujet intéressait vivement.

Il y avait sur les lieux une psychologue qui intervenait de temps en temps pour donner son avis. Elle faisait valoir les différents points de vue exposés. Mais elle a eu l’honnêteté de reconnaître qu’André avait raison de dire que mener à bien une telle entreprise ne pouvait se faire que dans la mesure où l’on réussissait aisément à structurer ses propres spontanéités.

Finalement, tout le monde a dû admettre de mauvais gré qu’il s’agissait bien d’une question d’intelligence et, comme le dit souvent André, qu’il faut une bonne dose de neurones pour pouvoir assumer l’agitation des hormones.

Je rentai ce jour-là chez moi en me disant que j’étais engagée dans une aventure qui allait solliciter toutes mes capacités créatrices. Je voyais clairement que derrière ce genre d’expérience, se profilait le défi de l’éveil, car comment parvenir à s’éveiller sans saccager le rythme banal d’une petite vie ordinaire ? Et quelle meilleure façon d’y parvenir qu’en se lançant à corps perdu dans l’inconnu en faisant confiance à sa capacité d’initiative et à son aptitude à assumer ce qui relève de la vie au nom d’une option infiniment plus vaste : celle de l’être qui se fraye un passage à travers les difficultés de l’existence normale.

Ce que je trouvais de plus particulièrement stimulant ici, c’est qu’André introduisait dans la vie quotidienne ce qu’il appelle « un facteur inconnu ». C’était comme faire appel à une réalité transcendantale pour semer dans la routine quotidienne un beau désordre susceptible de réveiller les promesses les plus folles de la vie.

©2022 Jackie Lacoursière | Création du site ChampionWeb.ca

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?