L’homme, de par ses pensées dominantes, possède un magnétisme qui fait qu’il attire à lui ce qu’il désire le plus, ou ce qu’il redoute le plus. La pensée est constitutive de la réalité.

«Tout est reçu selon la forme du récipient», disait Aristote, mot repris plus tard par saint Thomas. Le monde est le miroir de notre pensée, il en est la projection. Il n’y a pas de hasard, ni d’injustice dans le monde. C’est pourquoi on peut dire qu’il n’y a rien de moins accidentel qu’un accident, puisqu’une situation est toujours liée à une pensée. Personne, en réalité, n’est innocent de ce qui lui arrive, car même une balle perdue ne frappe pas n’importe qui. C’est pourquoi nous devons être très vigilants avec nos pensées, pour ne pas être porteurs de vibrations de crainte, de désarroi ou de culpabilité qui nous seraient défavorables. En outre, par le même principe, on comprendra qu’on ne peut pas sauver quelqu’un sans son consentement, puisqu’il lui en revient d’être responsable de lui-même.

Quelles pensées entretenons-nous dans notre esprit ? Celles de peur et d’angoisse, d’en vouloir toujours plus financièrement quitte à perdre notre santé et nos proches, d’être à l’affût du pouvoir, ou celles d’acquérir une vraie confiance en nos propres ressources (pour rien, sinon simplement pour être plus heureux), de bonheur infini et aussi, d’éternité, ne craignant plus la mort ?

Nous pouvons créer sur terre notre ciel ou notre enfer ; il n’en dépend que de nous. Chacun est le facteur déterminant de sa vie !

 Méfiez-vous de ce que vous voulez.  Cela arrivera! 

©2022 Jackie Lacoursière | Création du site ChampionWeb.ca

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?