Chacun conserve sa liberté dans un partnership amoureux et se réalise comme il l’entend tout en bénéficiant du soutien de ses proches. Cela se fait dans le respect de la vérité avec la complicité joyeuse de son conjoint et de ses partenaires dont certains d’entre eux deviendront avec le temps des compagnons stables.

Au sein de ce mode de vie, comme nous l’avons vu, personne ne trahit personne. Les mensonges, les non-dits, les soupçons, les inquiétudes, les crises de jalousie menant aux séparations et aux divorces, les suicides et les meurtres passionnels n’ont plus lieu d’exister. Pas de mariage, pas de divorce, pas de séparations de biens, donc pas de pertes financières non plus.

Les membres d’un partnership aident les autres en épousant la même philosophie de vie tout en restant maîtres de leurs revenus. Comme tout coûte de plus en plus cher, ils ont compris néanmoins qu’à plusieurs il devenait plus facile de bien vivre s’ils s’associaient pour participer ensemble aux dépenses de la nourriture, des vêtements, des outils ou des automobiles. Au sein d’un tel mode de vie, il y a toujours quelqu’un pour nous rendre un petit service, pour nous prêter ce dont nous avons besoin ou pour nous soutenir dans un moment difficile.

Auprès des partenaires de nos conjoints(es), qui deviennent avec le temps nos meilleurs(es) amis(es), nous formons ce que nous appelons une famille bachique. Il s’agit ici non pas d’une famille unie par des liens consanguins, mais plutôt d’une association de personnes qui établit ses bases sur des affinités communes entre trois personnes ou plus et qui partagent une même idéologie de vie.

Comme on le sait, ce n’est pas parce que nous aimons quelqu’un que ce dernier embrasse nécessairement nos goûts et intérêts. Nous faisons de la course à pied pour nous tenir en forme tandis que notre conjoint se plaît à lire à la maison; nous aimerions aller au cinéma mais il préfère regarder le hockey à la télévision. Et c’est ainsi, avec le temps, que chacun se retrouve en train de faire des compromis (de mettre de l’eau dans son vin, comme on dit) pour en arriver à satisfaire l’autre; quand ce n’est pas qu’il y a déjà un troisième élément (amant ou maîtresse) infiltré au sein du couple à l’insu de l’un pour satisfaire les besoins de l’autre.

Dans un partnership amoureux ouvert, vivre en toute transparence auprès de partenaires différents fait que chacun à sa façon répond à nos besoins et  à nos désirs − sans que jamais personne ne soit cocufié!

Pour conclure cette série de capsules sur le partnership amoureux ouvert, nous verrons la semaine prochaine ce qui, d’après ma propre expérience, correspond à la facette la plus intéressante de ce mode de vie.

©2018 Jackie Lacoursière | Création du site ChampionWeb.ca

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?