La philosophie jovialiste, en tant que Weltanschauung métaphysique, propose un mode de vie axé sur le bonheur. Nous avons parlé plus tôt de l’importance du changement dans la permanence pour solidifier la stabilité de notre vie. Si vous avez bien compris ce principe, vous savez maintenant que, plus encore dans les rapports amoureux que partout ailleurs, il s’impose. C’est pourquoi nous allons aborder ici, pour quelques chroniques à venir, un sujet inusité, controversé, mal compris, prôné par André Moreau depuis cinquante ans : le partnership amoureux ouvert!

Le partnership amoureux implique qu’au lieu de s’enfermer à deux dans une relation duelle qui finit tôt ou tard par éclater ou par nous engluer dans la routine, on s’ouvre à plusieurs en répartissant de façon égale son énergie amoureuse. On le sait, le couple traditionnel est fondé sur une vision romantique et dualiste de l’amour. On dit : il faut être deux pour s’aimer. Pourtant, malgré les belles et grandes émotions que génèrent les fréquentations amoureuses (l’amour commence dans l’illusion), on sait très bien où cela nous mène le plus souvent: à la suspicion, aux non-dits, aux crises de jalousie, à l’infidélité, aux mensonges, aux trahisons, aux séparations douloureuses qui entraînent des ruptures avec soi-même et les autres, et souvent à des suicides et des meurtres passionnels (la grande désillusion, quoi!). Puisqu’il en a toujours été ainsi (à quelques exceptions près), pourquoi alors ne pas tenter de nous aimer à 3, à 5 ou à 7 dans la vérité, la complicité et la sérénité? Et qu’on n’aille pas croire que cela est impossible, puisque je vis moi-même ainsi depuis vingt ans.

Sans doute que pour beaucoup de personnes, une telle façon de concevoir la vie amoureuse semble farfelue, tant ils sont habitués à se mentir et à se trahir. C’est la raison pour laquelle seules peut-être les prochaines générations d’êtres humains pourront profiter des bienfaits de ce mode de vie. Ce n’est ici qu’une question d’éducation : si on avisait par exemple nos jeunes dès leur plus bas âge qu’un jour ils tomberont amoureux, qu’ils se marieront et auront des enfants, puis qu’ils tomberont à nouveau amoureux d’une autre personne quelques années plus tard (ce qui est courant, n’est-ce-pas?), − mais aussi, que, cela est tout à fait normal −, ils comprendraient alors qu’il serait préférable pour eux de former dès le départ avec la personne aimée un partnership amoureux de façon à s’éviter tous les problèmes de couple que nous connaissons et dont nous souffrons.

Nous devons préciser ici avant tout que le partnership amoureux ouvert n’est pas synonyme de sauteries ou de libertinage, de polyamour, de polygamie ou de polyandrie, d’échanges de couples ou de vie communautaire à la façon dont vivaient les Hippies, ni encore d’un harem qu’un homme seul serait tenté de se constituer (puisqu’ici la liberté de chacun est respectée). Il s’agit d’un mode de vie très particulier qui est basé sur une philosophie de l’ouverture d’esprit menant à des unions amoureuses à plus de deux, vécues dans une liberté de pensée et d’agir mutuellement consentie, dans la complicité joyeuse et la vérité. Finies ici les amours successives qui vont d’échec en échec et qui sont régies par la loi générale qui est celle du mariage, du divorce avec ses déchirements et du remariage; nous parlons plutôt d’amours simultanées vécues en toute transparence.

Les avantages de cet art de vivre sont nombreux, ce que nous découvrirons bientôt. Ce mode de vie est accessible à tous, mais peu toutefois sont qualifiés pour le vivre en toute sérénité. C’est ce que nous verrons ensemble la semaine prochaine.

©2018 Jackie Lacoursière | Création du site ChampionWeb.ca

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?