Pour faire suite à notre première rencontre, j’aimerais revenir un peu sur ce qui a déjà été dit, en ce sens que la beauté est quelque chose de beaucoup plus important qu’il n’y paraît à première vue. Promouvoir la beauté est essentiel à mon avis, puisqu’elle constitue une nourriture pour l’homme.

Or, nous avons mentionné, la semaine dernière, que si nous prenions soin de notre intérieur, notre intérieur prendrait soin de l’extérieur. Nous avons dit aussi que la vraie beauté est ce sur quoi tout le monde s’entend pour affirmer ce qui est vraiment beau.  Nous la reconnaissons tous quand nous sommes confrontés à elle, parce qu’en sa présence nous sommes comme en état de choc, comme si nous étions en face de l’Absolu !

En fait, et c’est bien là la réalité, nous sommes véritablement en présence de l’Absolu ! C’est pourquoi nous devenons nous-même plus beau, plus vaste, comme si quelque chose en nous venait de s’illuminer.

Vous savez, quand on dit : « Ah, ce que c’est beau ! » avec tellement d’émotion que les larmes nous viennent aux yeux, n’avons-nous pas l’impression, soudainement, qu’une forme d’incandescence vient de s’emparer de nous ? Ne nous sentons-nous pas plus beaux, plus rayonnants, plus ouverts aux autres, plus compréhensifs, plus souples, plus accueillants ? Mais oui. Voilà donc l’énergie flamboyante de la Beauté, venue nous rappeler notre propre envergure!

Donc, la Beauté est un Absolu, que nous pouvons investir dans le relatif, si nous savons la percevoir, l’apprécier et la cultiver.

Mais encore, qu’est-ce qui nous permet de l’apprécier, de la désirer et de la rechercher, si ce n’est que nous sommes nous-mêmes des porteurs de beauté ? C’est quand nous reconnaissons notre propre splendeur que nous pouvons la percevoir autour de nous.

L’essentiel même de la beauté est de nous révéler à nous-même, de nous aider à dépasser nos limites humaines. C’est quelque chose qui nous inspire, qui nous incite à gravir notre propre sommet (d’ordre métaphysique, bien entendu). Or, pour pouvoir en jouir, et la faire croître dans notre vie, nous devons d’abord la cultiver en nous. Pourquoi ? Parce que tout vient de l’intérieur.

Nous savons maintenant que si nous prenons soin de nous, notre réalité sera plus belle, plus harmonieuse, plus satisfaisante. Effectivement, il n’y a aucune différence entre l’intérieur et l’extérieur, étant donné que les deux ne font qu’un dans l’être. Nous sommes le résultat de nos pensées !

Jacques Rivière, un écrivain français, disait qu’il n’arrive à un homme non pas ce qu’il mérite, mais ce qui lui ressemble. Nous recevons donc à chaque instant le salaire de nos pensées ! Cela peut sembler abominable de concevoir une telle chose, surtout quand on souffre, mais, si cela est vrai, peut-être faudrait-il y réfléchir et commencer à entretenir en nous le culte de la beauté, de l’harmonie et de la douceur de vivre, sans quoi nous pourrions continuer de souffrir encore longtemps.

Or, pour clore cette capsule beauté, pourquoi ne pas essayer, au moins une fois par jour cette semaine, de capter des symboles de beauté ? Pourquoi ne pas être attentif, par exemple, à quelque chose qui vous plaît (un petit oiseau sur une branche, votre chien qui cherche à se faire caresser, une plante dans votre salon) ? Puis, prendre conscience que, d’une certaine façon, c’est vous qui êtes le créateur de cette chose-là. Parce que, si vous arrivez à percevoir la Beauté autour de vous, c’est que vous l’aurez constituée dans votre réalité… par vos propres pensées ! 

©2021 Jackie Lacoursière | Création du site ChampionWeb.ca

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?